Ingénieur / inventeur

mohamed ayachi ajroudi, mohamed ajroudi, paix, homme d affaire, inventeur, entrepreneur, humaniste

Le parcours d'un bâtisseur

Inventeur

« Monsieur AJROUDI, un Architecte de pont humain »

Inventeur, développeur d’idées ou encore industriel de renom, nombreuses sont les casquettes de Mohamed Ayachi AJROUDI. Ce franco-tunisien investit énormément pour les énergies renouvelables.

Mais ce qui fait considérablement la différence avec Mr. AJROUDI et d’autres hommes influents, c’est son goût pour les évolutions technologiques et son savoir-faire pour améliorer considérablement notre quotidien et celui des travailleurs. Retour sur son parcours très fourni en tant qu’inventeur et ingénieur de talent. Inventeur

Un succès discret mais hors norme

Ingénieur en hydraulique, diplômé de la faculté Polytech de Lille, Mohamed Ayachi AJROUDI a le succès discret. Mais pourtant, dès son plus jeune âge et son arrivée sur le territoire français, il brille à travers des travaux qui vont révolutionner le monde industriel. En 1977, il intègre l’entreprise ISEE OFFSHORE, implantée dans le Pas-de-Calais qui se spécialise dans les travaux pétroliers et maritimes. Au début des années 80, il souhaite créer sa première entreprise. Il lui manque néanmoins 5000 Francs pour constituer les 20 000 Francs du capital minimum requis, mais les banques ne sont pas prêteuses. Les parents d’un ami, jeune ingénieur en herbe lui aussi, avancent la somme lui permettant d’ouvrir sa première société AMIS (Artois Maintenance Industries Services). Née d’une observation en mer, pendant sa formation avec la Marine Maritime, il eu l’idée d’inventer une attache souple permettant d’éviter les casses de pipeline trop fréquentes lors du montage des plateformes pétrolières offshore. Personne n’y avait pensé jusque là. « Il faut connaitre la mer, comprendre sa souffrance, comprendre ce qu’est une barge » dit-il.

Le maire d’un village au sein du Pas-de-Calais met gratuitement à disposition des locaux désaffectés et non chauffés, dans l’espoir de favoriser l’emploi des habitants. Avec 7 autres amis ingénieurs, Mohamed Ayachi AJROUDI met patiemment au point son prototype et dépose un brevet. Il prospecte alors une filiale du pétrolier français ETPM (Entreprise Travaux Pétrolier maritime) nouvellement appelé ELF AQUITAINE, spécialisée dans les plateformes et les forages en mer, qui fait la commande de dix exemplaires. La banque accepte une ligne de crédit de 8 millions de Francs, soit l’équivalent de 1,2 millions d’euros. Cela lui permet de partir à Port-Gentil, au Gabon et en Malaisie afin de lui-même superviser l’installation des attaches. Avec toujours la même idée de rechercher le problème ou la faille dans un processus technique, tout en améliorant l’outil et diminuer le temps et la peine de celui qui l’utilise, il invente un système de pression basé sur le principe de l’entonnoir afin de raccourcir les temps de forage en mer. Un procédé de percement inspiré de celui utilisé pour le tunnel sous la manche ou la construction des tunnels de métro.

Des inventions à la portée internationale

En mai 1986, il met au point, pour le compte de la société PERFOREX, un tunnelier pour la calabre, chantier de TGV. Celui-ci est à l’origine, notamment, du métro de Lille, de Caracas au Venezuela ou encore sur le chantier ferroviaire de Consenza, au sud de l’Italie. A la suite de son travail avec AMIS, Mohamed Ayachi AJROUDI met en place sa deuxième entreprise PORTUBE qui porte le même nom que sa fameuse invention. Le portube II est un système souterrain d’irrigation, ayant connu un succès mondial et récompensé à de multiples reprises en France, notamment par l’agence nationale de valorisation LANVAR. Au lieu d’arroser les pelouses, les gazons et les plantes à l’aide d’un jet d’eau, on les abreuve par capillarité dans le sol. Un vrai gain de consommation d’eau pour les pays où cette ressource est de plus en plus limitée. Fort de ce succès, les portes du marché saoudien s’ouvrent, lui permettant de s’installer avec sa famille dans ce pays. Mr. AJROUDI devient alors le spécialiste des échanges commerciaux et des investissements industriels au royaume saoudien. En bon entrepreneur qu’il est, il négocie un contrat de plus de 15 milliards de dollars pour la distribution de l’eau et de l’assainissement dans la région de la Mecque. Inventeur

Il conçoit également SPORTVERT, une machine qui met en place un stade de football en une semaine au lieu de six, en s’occupant de tout l’aspect logistique : drainage, irrigation, semence. Cette création sera honorée par le prix LANVAR, récompensant les jeunes créateurs de demain. Inventeur

Développements des futurs projets

Pour ses recherches contre la désertification en Afrique, Mr. AJROUDI réalise une importante étude de détournement partiel du fleuve Zaïre pour la réalisation d’un canal entre l’océan Atlantique et la Mer Rouge. Au Moyen-Orient, il participe également à plusieurs projets en faveur du développement de l’agriculture en Arabie Saoudite et reçoit un doctorat honorifique de l’Université du Canal de Suez. Parfaitement lucide par rapport aux difficultés que traverse sa terre natale, la Tunisie, ainsi que l’Afrique, il se rapproche ces dernières années de ses racines afin de trouver les meilleures solutions. Depuis ses débuts, Mohamed Ayachi AJROUDI s’est toujours énormément impliqué en faveur des énergies renouvelables. « Il y a presque deux milliards d’hommes qui n’ont plus ni eau, ni électricité et nous serons bientôt 9 milliards. C’est un marché énorme !« . Vu les forts besoins en eau, la seule solution semble être le dessalement de l’eau de mer. Mais cela dépenserait beaucoup d’énergie à base d’ordures et de solaire. Quand au solaire, un système de panneaux voltaïques associé à une chaudière actionnant des turbines pourrait permettre un jour de résoudre l’épineux problème de stockage de l’énergie. Il travaille actuellement sur de nouvelles innovations pour lutter contre les problèmes environnementaux.

En savoir plus sur ces inventions ?